évènements

Le commissariat artistique du salon est confié à Joana Neves et Johana Carrier de la Plateforme Roven, structure de recherche qui prend le dessin comme prisme de l’art contemporain. Leur projet curatorial, Outiller le dessin, présente un ensemble de dessins exceptionnels choisis dans diverses collections privees, sous le regard de Michel Poitevin, membre de l’Adiaf (Association pour la Diffusion Internationale de l’Art Francais).

PROPOSITION CURATORIALE DE JOHANA CARRIER ET JOANA NEVES / DRAWING ROOM 016

 

Outiller le dessin

Artistes présentés : Silvia Bächli, Charbel-joseph H. Boutros, Isabelle Cornaro, Detanico & Lain, Peter Downsbrough, Richard Fauguet, Kristján Guðmundsson, Jane Hammond, David Hammons, Hippolyte Hentgen, Benjamin Hochart, Marie-Jeanne Hoffner, Laurent Le Deunff, Daphné Le Sergent, Sol LeWitt, Anthony McCall, Francois Morellet, Marine Pagès, Michel Paysant, Chloe Piene, Ève Pietruschi, Diogo Pimentão, Julien Prévieux, Amanda Riffo, Jean-Luc Verna, Jorinde Voigt, Elsa Werth…
visuel-1-j-voght
Jorinde Voigt, Nexus-Studie II, 2 Horizonte; Mogliche Farben des Horizonts; Position, 2011, encre, pastel, crayon sur papier, 61x46cm, ©Voigt studio

Outiller[1] : (verbe trans.) Pourvoir, munir des outils, des machines nécessaires à un travail, à une production.
Pourvoir des éléments, des structures nécessaires à l’exercice d’une activité. Doter quelqu’un des moyens nécessaires pour exercer une activité intellectuelle.

Suite à l’avènement de l’art conceptuel, le concept est devenu principe – immatériel, spirituel, idéal, parfois mystique – de la pratique artistique qui, elle-même, n’en demeure pas moins un faire. L’exposition Outiller le dessin se situe le long de la frontière entre l’idée et la pratique, là où celles-ci se frottent de façon originale, faisant de notre période un moment charnière ou les processus de pensée deviennent aussi concrets que le graphite ou les calculs mathématiques.
A l’invitation de drawing room 016, nous avons sélectionné, dans des collections privées françaises, des œuvres d’artistes qui détournent, systématiquement ou ponctuellement, les outils du dessin.
Mais qu’entendons-nous par outils du dessin ?
Il s’agit d’abord de tout instrument, de tout matériau utilise pour la réalisation d’un dessin : le crayon, l’aquarelle, le fusain, la feuille de papier, etc. En allant au-delà de ces fondements, que se passe-t-il quand ils sont soumis a de nouvelles contraintes, quand ils sont utilisés à contre-emploi, quand ils servent à la réalisation d’une œuvre dans un autre medium ?
En parlant d’outil, nous faisons aussi référence à ce qui détermine la pratique du dessin dans sa forme, en s’appuyant sur ses manifestations théoriques (la ligne, le plan, la perspective, etc.), bref, nous examinons les outils de pensée du dessin.
Les notations, les diagrammes et les dessins de recherche se retrouvent par ailleurs dans l’exposition en tant que prolongement du retournement de l’usage habituel des éléments graphiques. Le dessin, qui fait le lien entre la pensée et la réalisation par l’intermédiaire de la main, révèle ainsi le processus de recherche, d’expérimentation, de construction d’une œuvre.

Johana Carrier et Joana P. R. Neves
(télécharger l’intégralité du texte : Ici)

La Panacée / 14 – 18 septembre 2016
Du mercredi au samedi / 13h – 20h, dimanche / 13h – 18h
Vernissage le 14 septembre à 18h30

Le protocole de l’exposition a incité les commissaires à choisir des œuvres dans des collections privées autant que possible afin de souligner leur importance pour l’accès a la création et la construction d’un regard critique.

Nos vifs remerciements s’adressent à tous les prêteurs, artistes, galeries, collectionneurs et particulièrement à Michel Poitevin et à Ami Barak pour leur aide dans la réalisation de ce projet.

Nous remercions pour leur concours les collections Nadia et Cyrille Candet, Béatrice Charon, Cypanga, Ronan Grossiat, Hoche Partners (Luxembourg), JCF (Paris), Kadist, Colette et Michel Poitevin, Pierre Pradié (Paris), SCP Amarante / Hellier du Verneuil ; les galeries Martine Aboucaya, Air de Paris (Arlène Berceliot Courtin et Jérémie Bonnefous), Lelong (François Dournes et Perrine Engler), PA I Plateforme de création contemporaine (Maryline Robalo) ; ainsi que Marie Gautier, Catherine Gazères et Léna Monnier (Fondation Kadist).

LA BOURSE JEUNE CRÉATION / DRAWING ROOM 016

Dans le cadre de la 7e édition du salon du dessin contemporain de Montpellier, drawing room 016, la bourse jeune création / drawing room est renouvelée. Elle sera attribuée à un(e) jeune diplômé(e) (DNSEP 2016 option Art) des écoles supérieures des beaux-arts sur le plan national.
Lors de la 8e édition de drawing room, une exposition personnelle sera proposée au lauréat(e) à l’espace St Ravy, lieu d’exposition de la Ville de Montpellier, consacré à la création émergente.
A l’occasion de cette exposition, l’entreprise italienne Fedrigoni offrira un support d’excellence pour l’édition d’un multiple.

jumanji-1-graphite-sur-papier-101-x-140-cm-2016
Marie Havel, lauréate de la Bourse jeune création – drawing room 016

PRIX GALERIES LAFAYETTE

Dans la perspective d’offrir au public un salon toujours plus attractif, un partenariat se met en place avec les Galeries Lafayette de Montpellier qui participe au développement de cette manifestation.
Un prix Galeries Lafayette de 1000 € récompensera l’un des artistes présentés par les galeries participantes à Drawing room 2016.

Les Galeries Lafayette de Montpellier accueillent également dans leurs vitrines le travail d’un jeune artiste plasticien, Nicolas Lebrun, lauréat de la bourse jeune création / Drawing room.
L’œuvre présentée, ATELIER, propose la simulation d’un espace de travail, d’un atelier fictif, dont l’organisation évolue selon la vente des objets 3D qu’il contient.
Au sein des Galeries Lafayette , Nicolas Lebrun matérialise l’un de ces ateliers, en délocalisant un studio son (EC(H)OSYSTEM). Cette installation offre au public la possibilité d’expérimenter des pratiques sonores. Il s’agit d’exposer non pas un objet fini, mais un écosystème, un environnement de production dans lequel cet objet verrait le jour.

Nicolas_Lebrun_Triptyque_2012
Nicolas Lebrun, Triptyque, 2012, dessins vectoriels 3D, tirages contrecollés sur dibond, 110×70 cm — 3 tirages

LES INSTITUTIONS PARTENAIRES

 

ESBAMA

Les nominés / La bourse Jeune création / drawing room – Galerie de l’École Supérieure des Beaux-Arts de Montpellier Méditerranée Métropole

L’École Supérieure des Beaux-Arts de Montpellier Méditerranée Métropole accueillera dans son espace d’exposition un accrochage de dessins des nominés à la bourse jeune création / drawing room permettant de découvrir de manière plus ample, leur pratique associée à ce medium. Ouverte à l’ensemble des étudiants diplômés du DNSEP 2016 sur l’ensemble du territoire français, quinze projets seront présélectionnés par le comité de pilotage du salon. Un jury composé d’acteurs professionnels de l’art contemporain sélectionnera parmi ces quinze jeunes artistes, le/la lauréat(e), annoncé(e) lors du vernissage du salon.

ESBAMA / 14 – 1 octobre 2016
Du lundi au samedi / 14 h – 18 h
Vernissage le vendredi16 septembre à 18h

 

ENSAM

From god to nothing / Douglas Gordon / Curateur Emmanuel Latreille – Galerie de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier

La notion du dessin retrouve dans cette installation l’écriture graphique et le dessin dans l’espace, avec des éléments lumineux formant une suite de points structurant l’espace que traverse le spectateur, tantôt lecteur (esprit) et corps en mouvement.
Avec From God To Nothing, Douglas Gordon poursuit son questionnement sur les comportements humains, du commun au particulier, du normalise à l’étrange. Un espace peint en bleu éclairé par des ampoules placées aux niveaux de la tête, du cœur et du sexe est souligné par une ligne de mots, bribes de phrases, traitant des peurs et des angoisses. L’atmosphère est donnée, obscure et l’ambiguïté de la situation joue évidemment sur les émotions, les mémoires et les fantasmes des spectateurs. Mêlant fascination et retour des refoulés, l’environnement propose une lecture subjective d’autant plus effective qu’aucune image explicite n’est donnée. A l’inverse des films que Douglas Gordon affectionne, la suite des peurs de From God To Nothing ne fait que suggérer un espace spécifique, que l’esprit de chacun peut construire et reconstruire selon son expérience.
Emmanuel Latreille, directeur du FRAC Languedoc-Roussillon

ENSAM / 14 – 30 septembre 2016
Du lundi au vendredi / 9 h – 19 h
Vernissage le jeudi 15 septembre à 12h

 

FRAC LANGUEDOC-ROUSSILLON

FRAC à quatre (répliques) / Cindy Coutant, Emma Cozzani, Jimmy Richer et Emmanuel Simon (avec Elise de Castelbajac, Elise Fahey, François Lefèvre, Florent Masante) /FRAC Languedoc-Roussillon

visuel-3-j-richer
Jimmy Richer, Lieu-Commun, Artist Run Space à Toulouse, février/ avril 2016. photographe : Franck Alix

Dans le cadre du projet Post-Production initié et soutenu par les quatre Ecoles Supérieures des Beaux- Arts de la Région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées, le Frac Languedoc-Roussillon présente une exposition réalisée par quatre artistes qui en sont issus. FRAC à QUATRE (répliques) confrontera quatre propositions ambitieuses de Cindy Coutant (texte, performance), Emma Cozzani (installation sonore), Jimmy Richer (peinture murale), Emmanuel Simon (peintures en collaboration avec 4 autres peintres eux-mêmes issus ou en formation dans les Écoles des Beaux-Arts de Montpellier, Nîmes,
Tarbes et Toulouse).
Ces pièces ont été engagées à l’ occasion d’une résidence partagée dans le centre d’art, artistes runspace Lieu Commun à Toulouse, où les artistes ont pu résider en mars et avril derniers, grâce au dispositif Post-Production.
Emmanuel Latreille, directeur du FRAC Languedoc-Roussillon

FRAC Languedoc – Roussillon / 17 septembre – 6 novembre 2016,
Du mardi au samedi / 14h – 18h.
Vernissage le samedi 17 septembre 2016 à 12h
Ouverture « Week-end Frac », week-end national des Frac les 17 et 18 septembre

LES CONFÉRENCES

 

De l’art en médecine, les dessins du musée Atger

Conférence d’Hélène Lorblanchet, conservateur du musée Atger et Thierry Lavabre-Bertrand, professeur de médecine, Université de Montpellier.

Le musée Atger est un musée de la Faculté de médecine de l’Université de Montpellier.
D’une grande diversité, la collection Atger se caractérise avant tout par la qualité des œuvres sélectionnées, et ce, quelle que soit la notoriété de l’artiste. Dessins, gravures et, dans une moindre mesure, tableaux offrent un panorama de l’art classique, du XVe au XVIIIe siècle. Parmi les dessins, toutes les techniques et tous les sujets sont présents, des rapides études à la plume aux dessins très aboutis à la sanguine ou à l’aquarelle, de la mythologie à la religion et à l’histoire, du portrait au paysage et à la scène de la vie quotidienne.

Jeudi 15 septembre à 18 h / auditorium de La Panacée

 

Présentation de Drawing Lab

Fondé par Christine Phal et le Fonds de Dotation pour le Dessin Contemporain, Drawing Lab Paris a pour but de faire vivre le dessin contemporain de manière pérenne. Ce nouveau centre d’art privé sera entièrement dédié à la promotion et à la diffusion du dessin contemporain. Il se veut avant tout être un lieu d’expérimentation et de production du dessin sous toutes ses formes. Il a pour ambition de donner l’occasion aux artistes contemporains de faire sortir le dessin de la feuille et d’en explorer toutes les facettes. Pour ce faire, les artistes sont invités à prendre entièrement possession de l’espace de 150m2. Dans cet esprit, une salle de projection présente au public des vidéos de dessin contemporain.
Joana Neves curatrice de la Plateforme Roven, sera modératrice de cette rencontre en présence de Christine Phal présidente du Fonds de dotation pour le dessin contemporain et des artistes Abdelkader Benchamma et Olivier Nottellet.

Vendredi 16 septembre à 19 h / auditorium de La Panacée

 

Journées européennes du Patrimoine / La Panacée

À la fois lieu d’exposition, d’expérimentation et de production, La Panacée, centre d’art contemporain de Montpellier, est installé dans l’ancien Collège Royal de médecine réhabilité par la Ville. Inauguré le 22 juin 2013, ce lieu charge d’histoire propose à tous les publics d’expérimenter une relation renouvelée à l’art contemporain.
Dans le cadre de drawing room 016 et des Journées européennes du Patrimoine, La Panacée propose :
Une ≪ Visite point de vue ≫ qui donnera carte blanche a Johana Carrier et Joana Neves (Plateforme
Roven) pour faire découvrir leur exposition et le lieu de La Panacée de façon inédite.

Dimanche 18 septembre à 15h
Visites découvertes de La Panacée : histoire et transformation du lieu
Samedi 17 septembre à 15h et 17h
Dimanche 18 septembre à 11h
Gratuit – Tout public – Dans la limite des places disponible
Pour information : mediation@lapanacee.org – 0434887979

PROJECTION

 

Même les choses invisibles se cachent

Un Film de Jean Baptiste Durand sur le travail d’Abdelkader Benchamma

France // 2016 // Durée : 29:40 // HD // 16/9 // Noir& Blanc // Stéréo
Ce film a obtenu l’aide individuelle à la création de la Préfecture de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées – Direction Régionale des Affaires Culturelles.

Le film de Jean-Baptiste Durand invite à l’immersion au cœur de l’acte de création d’Abdelkader Benchamma. L’artiste est le motif du film, pas le sujet. La camera vient le sonder en train de créer, de douter, de regarder, de s’interroger. Le son entièrement fait en post production, questionne l’image dans un objet hybride entre musique concrète et son réel.

Samedi 17 juillet à 17h30 auditorium de la Panacée, en présence de Jean Baptiste Durand et d’Abdelkader Benchamma